La croissance de l’Ubérisation rimera avec géolocalisation !

La croissance de l’Ubérisation rimera avec géolocalisation !

L’Ubérisation semble incarner dans notre société, en recherche permanente d’agilité, un changement radical de pensée, de consommation et de manière de se déplacer. Chacun y a été forcément confronté, soit directement en faisant appel à un nouveau compétiteur, soit en assistant aux grondements sociaux survenus au sein de professions historiquement stables ou réglementées.

Plus qu’une tendance de fond, le phénomène d’Ubérisation s’impose comme une fracture positive, rendue possible par une conjonction de facteurs favorables :

Des évolutions sociales et culturelles

La soif de transparence

Le consommateur actuel n’est pas destiné à rester monocanal pour ses achats : chacun peut potentiellement les réaliser en choisissant des points de vente physiques ou des sites d’e-commerce qui proposent de la vente en ligne ou indifféremment les deux. Avec la montée en puissance de l’omnicanal et du web to store, on peut sélectionner, simuler, comparer et acheter en ligne pour être livré soit en magasin, soit en point relais. Les bénéfices propres à ce nouveau mode d’achat sont : le choix, le tarif, le confort, le gain de temps, le droit d’hésiter, de se tromper, etc. Dans tous les cas, la curiosité des consommateurs et leur désir d’étudier en amont toutes les offres, sont des paramètres très importants à intégrer pour qu’ils soient convaincus.

Plus souvent on-line qu’off-line

Ce qui facilite l’intérêt pour de nouveaux produits et services, c’est notre mode de vie empreint de digital. En effet, les appareils électroniques connectés (smartphones, tablettes…) sont des compagnons très bavards qui révèlent ce qui se passe ailleurs, à partir des récentes recherches ou transactions des internautes. L’information est abondante mais elle parvient structurée à l’utilisateur grâce à plusieurs options :

  • Par un ciblage adressé aux visiteurs des sites internet en fonction d’un profil d’acheteurs ou scoring : les sociétés du web savent quelles informations on est venu chercher grâce à la traçabilité de la navigation. Ils nous proposent alors des produits semblables ou complémentaires, des comparateurs de prix. Sur le site que l’on a visité, on est en mesure de visualiser des informations clés génériques (niveau de satisfaction, degré de disponibilité) ou plus spécifiques à l’acte d’achat réalisé (date d’envoi, localisation du colis, délais prévisionnels de livraison…). Ainsi, pendant une période clé comme Noël, 60 % des internautes s’estiment sensibles aux sollicitations, 75 % par les publicités en ligne.
  • Par son propre paramétrage d’alertes sur-mesure : chaque utilisateur de matériel connecté peut s’abonner à des informations en fonction de ses centres d’intérêts. Il est donc maître de l’information qu’il décide de recevoir. Ainsi, à Noël, alors que 81 % des acheteurs sont en quête de promotions, il sera idéal d’envoyer des campagnes mettant en avant ce genre d’informations.

La réactivité et l’agilité au cœur de nos comportements

A force de capter des informations utiles de manière autonome et ce, dans un délai court, le consommateur, tend à exiger pour tout, une certaine rapidité et une souplesse de la part du fournisseur ou de l’opérateur sollicité. Il les attend aussi bien dans les réponses aux questions qu’il pose, que dans la mise à disposition du produit ou du service qui a finalement retenu son attention.

On comprend aisément les critères qui vont séduire le consommateur à l’occasion de ses recherches et différents achats : délai de réponse, délai de livraison, actualisation des informations en temps réel, indication du lieu de livraison, possibilité de changer d’avis sans pénalité ni contrainte, etc.

Des avancées technologiques à l’origine d’innovations

Les fondateurs d’Uber ont su flairer la tendance porteuse en misant sur la maturité des consommateurs et leur dépendance aux matériels connectés.

  • La mobilité

Uber s’est emparé d’un canal qui était existant et en constante progression : l’équipement personnel en téléphone mobile. Sans lui, pas de contact direct avec un chauffeur disponible, donc pas de révolution possible (faute de clients qui n’attirent pas de nouveaux candidats au métier de chauffeur).

La création de plateformes et de nouveaux services

Elle permet d’apporter aux consommateurs de la cible :

  • Des supports innovants (ex : plateforme de mise en relation, site d’e-commerce)

Le e-commerce est un volet essentiel qui permet à la société de rester en lien avec ses clients au-delà des horaires d’ouvertures de boutiques. Il offre le choix de commander et de recevoir les produits en fonction de son organisation personnelle et de ses préférences (besoin de conseils en magasin ou simple livraison à domicile sans aucun contact). Les tendances des ventes en valeur du e-commerce et du M-commerce par rapport à 2013 parlent d’elles-mêmes : + 11 % pour le premier et + 54 % pour le second (Consulter les chiffres clés 2015 de la FEVAD).

  • De nouveaux concepts proposant une offre attractive, qui respectent les valeurs et aspirations de la société (ex : partage, mutualisation, solidarité, livraison en mode doux…).

Le poids de la géolocalisation

De plus en plus, la dimension de proximité géographique et d’économie locale soutient le succès de l’Ubérisation. En effet, il y a une parfaite coïncidence entre les attentes des consommateurs et internautes et les possibilités offertes par le système :

  • Avoir toujours un temps d’avance (limiter l’attente par une adéquation temporelle du demandeur avec son fournisseur, surveiller en temps réel la progression de son colis pour anticiper et éviter les désagréments),
  • Être pleinement acteur de ses achats (choix de la date, choix du lieu de livraison…),
  • Proposer un juste prix en s’affranchissant des intermédiaires existants, pouvant représenter de sérieuses barrières à l’entrée héritées du passé.

Cette brique qu’est la géolocalisation est une composante essentielle des nouvelles offres de type Uber car elle relie l’homme à l’objet de son désir ou à son besoin, en y ajoutant une notion de position géographique, de délai et de l’information en continu. Avec plus de 400 millions de colis envoyés par an, le e-commerce doit se doter d’outils de géolocalisation toujours plus performants et communicants.

On peut imaginer que les applications de la géolocalisation pourraient être des actions de géomarketing ciblées pour s’adapter davantage aux besoins de la population par arrondissement, quartier, rues… Au-delà de la traçabilité de la position de chaque individu dans l’espace, la géolocalisation est riche d’enseignements sur le maillage du réseau par rapport à la densité de population d’une zone et à la présence de concurrents. Elle peut donc être utile pour aider au choix de lieu de mise en relation entre le consommateur et le produit. La géolocalisation se pose comme un vivier de création de solutions innovantes dans les années à venir, pour permettre l’émergence de nouveaux concepts disruptifs et pour toujours ré-enchanter la relation clients.