Fred Cavazza : La Géolocalisation permet de rationaliser ses budgets, d’être plus efficace.

Fred Cavazza : La Géolocalisation permet de rationaliser ses budgets, d’être plus efficace.

Le Magazine de la Géolocalisation est allé à la rencontre de Frédéric Cavazza influenceur s’il en est et spécialiste des nouveaux usages marketing pour connaître sa vision sur les problématiques e-commerce liées à la géolocalisation. Une interview exclusive à découvrir maintenant !

Le Magazine de la Géolocalisation : Quels impacts l’avènement du numérique a-t-il sur le partage de l’information aux consommateurs ?

Fred Cavazza :Il faut revenir sur la notion de “services en ligne”. Entre l’arrivée du “en ligne” et son évolution, on a connu, en résumant grossièrement, le minitel, l’Internet et l’Internet mobile.
Internet d’abord : de manière très prosaïque, Internet offre un accès à tous les contenus et à tous les services, sans restriction. Et Internet donne à l’internaute le temps et les capacités pour accéder à un contenu complet, dans des conditions de lecture donnée : grand écran, souris, clavier.
L’Internet mobile. Être mobinaute, ça change d’un internaute. Il ne peut pas avoir accès à son ordinateur (ex. : au volant, dans la rue…) ou ne veut pas y avoir accès (car nous entretenons un rapport de proximité avec notre smartphone). Et cela modifie considérablement la donne. Cela veut donc dire qu’il n’est pas nécessaire de lui donner accès aux infos du monde entier, uniquement celle qui sont pertinentes dans sa zone géographique.

Conséquence : on donne accès à une information ou à une offre plus restreinte (i.e. filtrée) en fonction de l’environnement de l’internaute / du mobinaute. Il faut bien intégrer que mobile ou fixe sont deux contextes d’usage très différents.

Les entreprises doivent donc penser leur communication en tenant compte des usages / de la localisation de leur client / prospect ?

Oui ! Un éditeur de contenus doit forcément en tenir compte. Si on schématise, la chose qui intéresse le plus un mobinaute est ce qu’il peut trouver dans un rayon d’un kilomètre et dans les 5 prochaines minutes. Par extension, solliciter un internaute sur le smartphone pour lui proposer des vacances pour partir dans un an, cela n’a aucun intérêt. En revanche, c’est très pertinent de lui suggérer une zone environnante pour son repas de midi ou lui lister les magasins à proximité pour ses achats immédiats (ex. : une écharpe, car le froid s’installe).

Un basique à avoir : un e-commerçant doit nécessairement proposer le magasin le plus proche (et ce en tenant compte en live des impacts des bouchons ou des aléas de transport…) et proposer une expérience de vente avec réservation des stocks en direct.

En toile de fond se dessine la problématique de l’identification de la localisation de l’internaute…

L’observatoire du ROPO a dernièrement mis en avant un chiffre intéressant. Il y a désormais plus de cyberconsommateurs qu’il n’y en a jamais eu. Et surtout, il n’existe plus deux types de consommateurs, en et hors ligne, le consommateur est à considérer dans une globalité.

Et donc, il ne faut pas rajouter de la cacophonie là où il y en a déjà beaucoup. Le consommateur est déjà saturé de messages, lui envoyer des messages inadaptés revient à jeter de l’argent par la fenêtre.

La géolocalisation a donc un rôle à jouer pour le e-commerçant ?

Côté consommateur, on l’a vu, cela lui permet de recevoir des messages plus “intelligents”. Pour le e-commerçant, cela lui permet de rationaliser ses budgets, d’être plus efficace. En communiquant plus finement, on s’évite des mauvaises prises de parole. Pourquoi aller chercher des consommateurs sur un produit sur lequel je suis en rupture de stock dans le magasin le plus proche de sa position ? À moins de pouvoir lui proposer une option d’achat en ligne avec livraison gratuite…

Pour conclure sur ce sujet de géolocalisation, pensez-vous qu’il soit considéré à sa juste valeur ?

Au niveau des annonceurs, je pense que la géolocalisation demeure considérée comme très liée à Google Maps. Le sujet semble pouvoir être traité rapidement (« il suffit d’utiliser Google Maps »), mais demande en réalité un peu plus d’attention. Il faut être intelligent dans la mise en place d’un service de géolocalisation : proposer un service qui n’est pas précis peut dégrader l’expérience et donc se révéler contre-productif.

À mon sens, la précision sur le ciblage est un élément clé de différenciation dans l’expérience utilisateur.